Rechercher

CHEMIN DES LAVANDES



L'Antiquité : dans les civilisations Grecques et Romaines où bien-être et propreté sont répandus, la lavande est souvent citée pour les usages connus aujourd'hui : parfumerie, médecine et soins du corps (bains à la lavande, eau pour la toilette, adoucissant pour le linge). Dioscoride (40-90) médecin, botaniste et physicien grec, recommande le thé à la lavande.

Du Moyen Age à la Renaissance : au fil des ouvrages, c'est toujours comme plante médicinale ou essence précieuse pour ses vertus que l'on retrouve la lavande : Sainte Hildegarde (1098-1179) cite la lavande pour la préparation d'un collyre. En 1478, le Roi René achète de l'essence de lavande en Provence pour l'offrir à sa dame. Lors des dernières grandes pestes en Provence, la lavande est très présente dans les moyens de lutte : emplâtres, fumigations, vinaigre .


L'Or bleu : au cours du XIXème siècle, sur les hautes terres de Provence, la lavande sauvage couvre les collines, favorisée par le pâturage intensif des moutons. L'expansion à Grasse des industries de la parfumerie provoque une forte progression de la demande de plantes à parfum. La cueillette de l'aspic et de la lavande fine, jusqu'alors effectuée par les bergers et quelques paysans, se généralise et s'organise. La coupe réunit les jeunes du village et tous les bras laissés disponibles par l'agriculture, femmes et enfants compris. Un bon coupeur peut récolter jusqu'à une centaine de kilogrammes par jour.



Production : la multiplication des plantes est obtenue selon deux techniques. Les lavandes de population sont issues de semis effectués à partir de graines récoltées sur les plantes. Les lavandes clonales et les lavandins sont reproduits à partir de boutures. Dans les deux cas, les plants sont développés en pépinière. Un hectare porte 12 000 à 15 000 plants de lavande, 8 000 à 10 000 plants de lavandin. Une plantation dure environ dix ans, puis doit être remplacée par d'autres cultures (céréales, fourrages) pendant un certain temps. Les plantes produisent après la deuxième année et atteignent leur rendement maximal entre la quatrième et la sixième année. Un hectare de lavande fine donne de 15 à 20 kilogrammes d'huile essentielle. Pour le lavandin, les rendements oscillent entre 60 et 150 kilogrammes d'huile essentielle par hectare.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout